Dans Les Passions et les haines Henri Amouroux aborde les événements les plus tragiques des quatre années de l’occupation allemande. Il dévoile les passions antisémites qui conduisirent aux rafles de juillet et d’août 1942 en zone occupée et au départ d’hommes, de femmes et d’enfants depuis Drancy en direction du camp d’extermination d’Auschwitz. Les témoignages donnés dans ce livre sont bouleversants.

La France était-elle pour autant un pays foncièrement antisémite ? La question mérite d’être posée ! Si l’on considère que la France légitime est celle de la République, la réponse est non ! En ces temps troublés, et si fragile qu’elle fut, cette France était incarnée par de Gaulle.

Il existait bien un antisémitisme culturel dans certains milieux intellectuels d’avant-guerre ainsi qu’un antisémitisme religieux traditionnel. Ce qu’il y avait de nouveau avec l’État français et la mise en place du Statut des Juifs, c’est que l’antisémitisme devenait légal du fait de son institutionnalisation. Il était désormais possible de s’approprier les biens d’autrui en toute légalité du simple fait que ces biens étaient juifs, à l’instar de ce qui s’était passé dans les années trente en Allemagne. La défaite de 40 a renforcé momentanément un sentiment antisémite auprès d’une population en manque de repères et à la recherche de responsables.

L’infamie qu’a représentée le Statut des Juifs fut dénoncée par les instances religieuses, catholiques et protestantes, qui rappelèrent que de telles idées étaient incompatibles avec la foi chrétienne.

Année sombre, 1942 s’achèvera par l’espoir offert par le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 8 novembre, mais aussi sur les tristesses de l’invasion de la zone libre, puis sur le sabordage de la flotte française à Toulon, flotte qui échappera aux Allemands, mais dont on se demandera toujours si — par une décision rapide — elle n’aurait pas pu rejoindre les Alliés.

La fin de l’année 1942 et le début de l’année 1943 vont constituer un tournant dans le conflit mondial, notamment pour l’Allemagne qui subira un grave revers à Stalingrad qui mettra le mythe de l’invincibilité de la Wehrmacht à mal.

More by Henri Amoureux